LE HALL DU JARDIN·Mon Jardin Secret

J’aime pas les fêtes!!! Surprenant hein???

Récemment j’ai entendu quelqu’un dire : « J’aime pas les fêtes! »

A entendre cela, évidemment, la réaction des personnes autour a été de l’étonnement. Pourquoi n’aime t-il pas les fêtes, se demandaient-ils. Ce qui s’est traduit par la question lancée en cœur : « Pourquoi??? ». Cette phrase m’a fait réfléchir et je m’en vais vous donner des raisons qui pourraient soutenir une telle affirmation, mais aussi, des pistes d’orientations pour ne pas se trouver soi-même face à une telle affirmation en parole ou en pensée.

D’abord, les fêtes c’est un temps de célébration, de réjouissance publique ou en famille. C’est sur ce dernier élément sur lequel je vais m’arrêter : la Famille.

Beaucoup sont ceux qui, en période de fêtes de fin d’année, sont excités à l’idée des retrouvailles en familles, des moments de rires avec des personnes qu’on aime, des échanges de cadeaux, des paroles affectives et bien d’autres qui font du bien à notre âme. Seulement, cette évocation des fêtes n’a pas la même consonance chez tout le monde. Certains ont perdu des êtres chers, toute leur famille, un époux, des enfants, un ami, et bien d’autres personnes avec qui ils auraient aimé partager ces moments mais dont ils doivent se résoudre à accepter l’absence. Alors, parler de fêtes à ces personnes, c’est comme leur rappeler que les personnes avec qui ils partageaient ces moments, ne sont plus. Ce qui était autrefois un temps de réjouissance se transforme en temps de tristesse et de vide, vide causé par l’être perdu ou un être qui n’est plus. Je peux mieux me le représenter car moi aussi, il y a quelques années, j’étais de cette dernière catégorie de personnes. Comment se réjouir des fêtes avenir quand la personne avec qui on les partageait n’est plus? Pour ma part, ce fut la perte de ma mère qui me faisait ressentir cette tristesse à l’approche des fêtes de fin d’année. Dieu merci pour moi car il y a eu une parfaite restauration de Dieu avec l’entrée de mon mari dans ma vie.

Pour d’autres, ce n’est pas une perte d’être cher, mais plutôt des séparations ou éloignements douloureux avec la famille, des amis, et même un conjoint. Cela occasionne  aussi beaucoup de tristesse à l’approche des temps de fêtes où ces personnes jouaient un rôle important. Il y a des situations dans la vie où, les choses se sont tellement détériorées qu’on ne sait par quel bout les rattraper. Mais la question est, est-ce qu’il faut vraiment les rattraper ou simplement frayer de nouveaux sentiers. Repartir sur de nouvelles bases en ne regardant plus en arrière. Ce qui implique le pardon et l’oubli pour s’offrir à nouveau le bonheur de jouir de la présence de l’autre. Ce n’est pas facile, je sais, mais ça peut être une solution pour certaines situations. Et pour d’autres, les cas où tout a été essayé sans arriver au résultat espéré, il reste plus qu’à se confier à Dieu pour restaurer les choses, rendre les années que les sauterelles ont dévorées, pour restaurer les dommages endossés et ouvrir de nouveaux horizons qui feront oublier le passé. Se confier à Jésus quand tout contrôle de la situation nous a lâchés, c’est ce que Jésus attend de nous, car n’oublions pas, c’est Lui le Maître des temps et des circonstances, et Lui seul sait faire concourir toutes choses à notre bien.

Pour finir, si les fêtes te rappellent à quel point tu es seul pour toutes les raisons évoquées ci-dessus, ou pour bien d’autres, tu peux les enrichir en étant toi-même la solution, le miracle de quelqu’un d’autre. En regardant de près autour de toi, il y a quelqu’un peut-être qui a besoin d’aide, à qui tu pourrais faire du bien en lui offrant un cadeau qu’il n’espère pas avoir parce que n’ayant pas les moyens pour s’en offrir ou en invitant autour d’un bon repas une famille qui n’a pas les moyens de s’en procurer, ou en apportant du sourire et du réconfort à un orphelin, un malade, un prisoner, quelqu’un autour de toi… Regarde bien, tu trouveras certainement quelqu’un qui est dans un besoin d’Amour comme toi-même tu pourrais l’être.

Et si pour toi, tu ne trouves personne qui veuille bien être avec toi en ces moments de fêtes, je t’invite chez moi au Burkina Faso, ma terre d’accueil, et dans le foyer béni que Dieu m’a donné, pour vivre ces instants de réjouissance ensemble. I kiss you with all my Love!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s